07/05/2007

'Sounds which came from silence.'


Livres - Metamorphosis







Je m'ennuie du silence de la vie, je m'ennuie de la paresse bienveillante qui recouvre désormais mes sursauts les plus intimes.

Autrefois je m'imposais le silence pour en dire le moins possible, et du cancer je me dressais taureau, capricorne ou bélier. Alors on pouvait se méprendre sur ma véritable nature et me condamner à la potence ou aux fardeaux de la conversation. Ce à quoi j'acquiescais d'une vive paupière ou, réfutant tout d'un croc, je m'en allais de plain-pied. Et rien ne me plaisait plus dans cette légèreté de ton que d'avoir en mes mains les secrets de l'abstention et les prémisses de la révolte. Quelqu'un pour me les ouvrir à pleines dents, quelqu'un pour les refermer enfin.

Ensuite j'ai rencontré le vaste monde : je l'ai épié du coin de l'oeil avant de m'en approcher et d'entamer les pourparlers. Convaincu par expérience qu'il ne fallait trop en dire ou du moins ne pas l'ébruiter, je m'étais mis dans la tête de jongler par-dessus le marché : « Il est vrai mon poison ! Il est vrai ! ». Mais rien n'y fit et comme auparavant on me reprochait tout et son contraire, comme si d'aventure je n'avais pas laissé les portes bâiller aux mouettes, je fus contraint de revenir à mes premières amours.

Mais à présent, dans cette nouvelle échappée en solitaire, je n'ai ni phare ni boussole. Au plus je pourrais me vanter de penser à voix haute lorsque l'horizon finit de s'affaisser sur ma toile. J'ai de la peine à décortiquer le silence et ses disciples aquarelles, non que ce qu'ils me cachent soit encore surprenant mais parce que ce que j'y trouve n'est pas plus intéressant. L'union fait la force, c'est notre devise. Et pourtant j'ai beau l'éplucher rien ne s'en dégage - pas même une larme dont j'aurais le muet savoir qu'elle s'écrase bruyamment. Alors je continue de me taire, et je n'en pense pas plus. Car si l'on venait à m'entendre il y a fort à parier que l'on me couperait la tête pour me la faire avaler.


(Illustration : livre 'Metamorphosis')
(Accompagnement musical : From Monument to Masses - Deafening, cliquez ici)


21:05 Écrit par Aem[a]eth. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.