20/03/2007

V comme...


Briony Morrow-Gibbs - Padron










Je suis extrêmement vaniteux. J'ai la prétention de croire que parce que tout est infini et que rien n'existe pas je suis maître de ma vie. Que je suis différent parce que je suis moi, parce que je ne suis d'autre que des éclats de pensée en mouvement.
Dix doigts comme des mains qui étranglent mes chevilles, dix doigts comme des pions de guerre dont on a peine à retenir l'allure. Parés au sabordage mon croquemitaine ! Ah les fidèles qui me reconnaissent ! Quoi de plus normal puisqu'ils embrassent mon intimité ; ils se reposaient sous mes pavillons puis je les ai introduits en société : ils ont fouillé ma barbe, mes cheveux, mon nombril, ils ont saigné les mots que je jalousais.
Et parce que j'ai la ferme intention de croire que je ne suis semblable à personne je les autorise à travailler mes chevilles, parce que j'aimerais croire que mes pieds sont mes têtes, et que le sang remonte au lieu de couler. J'aimerais dire à l'envers "je piétine mes idées" ou encore "je marche sur de l'or". Mais la pression m'empêcherait même de parler.
En boîte. A la vie à la mort. Emboîter le pas. Quoiqu'on en dise. Quoiqu'on en pense.

Qui sait, après tout, si d'autres doigts ne l'ont pas déjà écrit ?


(Illustration : 'Padron' de Briony Morrow-Gibbs)


17:53 Écrit par Aem[a]eth. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

confirmation de la non-coïncidence...

Écrit par : naylopette | 22/03/2007

Les commentaires sont fermés.