17/03/2007

Battre de l'aile.


Eric Ailcane - Bird







Avant je sifflais aux oiseaux des noms tout haut, à crier fort entre les dents. J'ouvrais la main bien grande avec des bouts de ficelle, j'y déposais un morceau de pain frais et j'attendais de voir qui de ces plumeaux ou de moi s'y précipiterait le premier. Mais dorénavant le pain manque, une main grande ouverte ne suffit plus, et les oiseaux ont cessé toute entreprise de mendicité (si profitable aux hommes de petite mélodie dont j'étais). L'oiseau d'aujourd'hui aspire à s'envoler vers des ciels à louer, vers des paysages en tous points semblables à ceux que l'homme carte-postale. Il piaille sa becquée matin, midi et soir ; il pille ce qui brille, dérobe sa gêne au regard du promeneur et profite de l'embarras qu'il provoque encore chez certains (...) pour étourdir sa colère. L'oiseau orgueilleux. L'homme à quatre pattes. Comme j'aimerais me confondre en excuse les pieds sur la tête.
L'espace d'un refrain.


(Illustration : Bird de Eric Ailcane)


18:36 Écrit par Aem[a]eth. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.