16/01/2007

Fugue.


Libby Bershad (31 ans)












Se jouer de la sollicitude, se complaire dans l'idée que l'on se fait de vous. Embrassez les évidences en prenant soin de les confire et de les garder pour la fin du fin. Exposez vos lacunes : toiles merveilleuses, estampes intemporelles. Utilisez le savoir-faire des autres comme s'il s'agissait de votre propre compétence. Le malheur des uns profite toujours aux autres. N'hésitez pas à mettre en exergue vos douleurs les plus maladroites, les moins pratiques : elles seules seront retenues de tous. Ne soyez pas moins que ce que l'on attendrait de vous mais davantage. Donnez de l'amour à celui qui en manque et des cauchemars à ceux qui les ignorent. Pénétrez la mâchoire du démon, sanglez l'apôtre à sa potence. Obéir aveuglément, dénoncer impunément. Soyez forts de votre impression, et toujours, restez vigilants : votre entourage guette le moindre accroc, la moindre tache sur votre tablier. Il n'y a pas de fumée sans feu ni de belle mort sans épitaphe. Soyez précis, méthodiques et jusqu'au-boutistes. Préférez l'amnistie aux longs discours. Soignez votre apparence afin qu'elle ne suppose ni ce que vous êtes ni ce que vous ne seriez pas. Hérésies de la conspiration : conspuez ! Et souvenez-vous bien que personne ne se souviendra de vous.


(Illustration : Libby Bershad, 31 ans ; extraite de 'Scene of the crime, photographs from the LAPD archives')
(Accompagnement musical : Birdmonster – 'Cause you can, disponible Ici)


07:40 Écrit par Aem[a]eth. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.