18/12/2006

Import-Export.


Yoshitaka Amano - Lady and fan 2











Je sers fort. Elle avance d'un pas. Il la reçoit dans ses bras. Il la recueille contre lui. Je les prends dans mes bras. J'aimerais les prendre dans mes bras. Rien ni personne. L'homme est ridicule debout. Je suis assis. Rien dans les bras. Elle lui donne tout ce dont les rêves sont faits. Je bâille. Il ne dit rien, il a l'air d'un bloc de chair froide, immobile. Rien d'autre que leurs bras, debouts. J'ai froid mais je ne tremble pas. Il la guide. Elle s'offre comme une enfant. Je rêve une nuit d'hiver. La nuit debout. Il continue de se plaindre en cri de néant. Je sers fort la chaise sous mes cuisses. Il a l'air d'un bloc avec des bras. Elle se fond contre son corps. Elle le noie. J'imagine les étoiles tomber de la nuit au garde-à-vous. Elle l'étouffe dans son âme. J'imagine la nuit sombre et ridicule, la nuit debout. Il a l'air d'un homme qui ne dort pas. Leurs bras sont immobiles. Je sens le bois céder sous la pression de mes rêves. Le charbon tache ses chevilles. L'enfance maquille ses joues. Il observe la chute de son dos. Elle respire sans un bruit, sans rien contrarier. De l'autre côté de la fenêtre il y a un homme qui ressemble à un oiseau. Elle respire comme un oiseau. J'observe la silhouette de leur étreinte. J'imagine qu'ils portent des plumes, qu'ils sont poètes. Lui n'a toujours pas de forme moins vague. Il a l'air de ne pas en avoir, d'être dépossédé. L'homme de la fenêtre s'envole. Le vent siffle. J'aimerais qu'ils les emportent, ou qu'il m'emporte sur ma chaise. Je le sens qui gronde contre la fenêtre, qui tente de s'inviter. Le bois de la chaise sous mes ongles. Ils ne bougent pas. Ils ne disent rien de convaincant, ils se taisent. Ils sont debouts devant la fenêtre.


(Illustration : Lady and fan de Yoshitaka Amano)


21:18 Écrit par Aem[a]eth. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.